Prêt à taux zéro : qui peut profiter du PTZ en 2019 ?

Au rayon Prêt à taux zéro, l’année 2019 n’est pas celle des grandes transformations. Ce sera pour 2020 : dans un an, le PTZ sera réservé aux logements neufs dans les grandes agglomérations, et uniquement dédié à la rénovation des logements anciens à la campagne et dans les villes moyennes. Pour l’heure, le découpage géographique du PTZ n’est pas aussi marqué.

Ainsi, en 2019, le barème d’accès au PTZ et les zones géographiques concernées restent très exactement les mêmes qu’en 2018. Pour rappel, fin 2017, alors que le gouvernement d’Emmanuel Macron avait évoqué un rabot substantiel du PTZ, il avait finalement été décidé d’effectuer ce recentrage en deux temps : réduction des montants financés à taux zéro dans certaines zones non prioritaires en 2018, puis recentrage du PTZ sur l’immobilier neuf dans les grandes agglomérations en 2020.

Eligibilité en fonction des ressources et de la zone

Pour savoir si vous pouvez bénéficier d’un Prêt à taux zéro dans le cadre de votre demande de crédit immobilier, il faut se pencher d’une part sur les revenus du ménage, et d’autre part sur la zone géographique du projet immobilier. Le barème des conditions de ressources n’a pas évolué depuis maintenant 3 ans : ainsi dans les zones les plus tendues (zone A), le revenu d’un emprunteur célibataire ne doit pas dépasser 37 000 euros pour être éligible, contre 30 000 euros en zone B1 ou 27 000 euros en zone B2.

En 2019, un PTZ peut ainsi être intégré à un dossier de crédit pour le financement d’un logement neuf dans les zones A et B1, autrement dit les grandes agglomérations. Et il peut permettre de financer un logement neuf ou ancien en zone rurale et ville moyenne (B2 et C).

En revanche, le montant finançable à taux zéro n’est pas le même selon la zone géographique et selon le type de projet : la part de l’opération finançable à taux zéro (la quotité) varie selon les cas. En 2019, comme l’an passé, les projets dans le neuf dans les grandes agglomérations (zones A et B1) peuvent profiter d’une quotité maximale de 40% : par exemple, si un couple avec deux enfants veut construire en zone A, pour un montant global de 250 000 euros, le montant financé à taux zéro ne pourra pas dépasser 100 000 euros (40%). Cette quotité est aussi de 40% pour une opération dans l’ancien en zone rurale (B2 et C), mais elle tombe à 20% pour le neuf dans ces zones moins tendues.

Pour obtenir une estimation du montant que vous pouvez financer à taux zéro, vous pouvez aussi simuler une opération intégrant un PTZ.